Encré sous ma peau Tome 4

1. Chloé

Assise à mon bureau, j’essaye de rattraper le retard accumulé sur mes dossiers pendant mon absence. Mon équipe a continué à travailler sans moi, ils savent que je leur fais confiance et en décembre, il n’y a pas vraiment d’urgence au service Espace Verts de la mairie.

Les jours de congés que j’avais prévus la semaine de Noël m’ont servi à me remettre de mes émotions. Après une semaine loin de chez moi, de mes habitudes, j’avais besoin de me poser. Et j’avais l’infime espoir d’avoir de la visite pour Noël.

Espoir vain bien entendu. Je suis restée seule chez moi, refusant de dire aux filles que mes parents ne venaient pas malgré leur promesse habituelle.

Je reprends donc le travail après dix jours de pause. Je lis mes mails, participe à la réunion de service avec tous les chefs d’équipe et je commence à travailler le planning des prochains mois. Mon équipe a en charge plusieurs parcs de la ville, il faut donc prévoir comment on va les aménager. Il faut s’y prendre tôt pour décider quelles plantes, quels arbres on veut planter, quels parterres on veut organiser, quels travaux il faut effectuer. Le planning des prochains mois dépend de ces décisions.

J’aime ça, mettre en place cette organisation. Même si je peux paraitre un peu… extravagante, je sais me poser et rester sérieuse quand il le faut. C’est ce qui m’a valu de monter les échelons et d’avoir ma propre équipe, alors même que j’ai commencé tout en bas de l’échelle.

– Contente que vous soyez revenue, Chloé. Vous avez passé un bon Noël ?

– Oui, très bien. Merci.

Je force un sourire et esquive comme je peux. Je n’aime pas raconter ma vie au travail, encore moins à la maire en personne. Je ne parle jamais de mes parents, seules les filles sont au courant de notre relation distante. Même Alexandre ne sait pas.

Même si on est ensemble depuis presque six mois, je n’ai pas réussi à m’ouvrir à lui là-dessus ni sur d’autres sujets qui me touchent. Ni même lui ouvrir mon appartement. On va toujours chez lui, ce qui semble lui convenir. Je suis entrée dans sa vie, mais lui reste à la périphérie de la mienne. C’est ce dont je me suis rendu compte lors de mon séjour loin de lui, je n’en avais pas vraiment conscience avant.

La preuve en est, il n’a pas compris pourquoi j’avais besoin de partir chercher Lilou, pourquoi j’avais besoin de mes amies à ce point. J’ai eu beau lui expliquer quand je suis revenue, enlacée dans ses bras, il n’a pas compris la peur viscérale qui me tenait en sachant Lilou loin d’ici, sans nous. S’en est suivie une dispute qui a gâché notre soirée de retrouvailles.

Même si on a passé une autre soirée un peu plus tranquille depuis, je reste un peu sur mes gardes sans savoir pourquoi.

La sonnerie de mon téléphone me sort de mes pensées. L’écran clignote en signalant un message reçu.

Alexandre

Il y a une soirée à la caserne pour le 31.

Tu m’accompagnes ?

 

Moi

Je peux pas.

Dan et Lilou font un diner.

Je te l’ai dit, non ?

Alexandre

Ouais. C’est vrai.

L’application indique qu’il tape quelque chose, alors je ne réponds pas. J’attends de savoir ce qu’il va écrire. Même si j’en ai une petite idée. Le sujet revient sur le tapis régulièrement, tout comme sa jalousie. Ma gorge se serre au moment où mes yeux se posent sur sa réponse. Ma mâchoire se contracte.

Encore !

Alexandre

Mais t’es obligée d’y aller ?

Moi

Et toi pourquoi tu viens pas avec moi ?

Alexandre

Laisse tomber !

Et voilà ! Il va encore me faire la tronche pendant deux jours.

Mon cœur se serre de douleur. Je ne réussis plus à passer outre ses crises. On se voit déjà peu à cause de ses gardes à la caserne de pompiers, alors passer les quelques heures auxquelles on a droit à s’engueuler commence à me taper sur les nerfs.

Au début, quand on s’est rencontrés au bal des pompiers, tout allait bien. Il était gentil, attentionné et drôle. C’est l’incartade de Dan qui a servi de déclencheur à notre discussion. On se voyait un peu, on a arrêté et repris une fois, à sa demande, et des sentiments pour lui sont apparus sans que je le veuille vraiment. Mais depuis deux mois, il a changé, ou peut-être que c’est moi, je ne sais pas vraiment. Mais rien n’est plus pareil.

Ce qui est arrivé à Lilou a déclenché beaucoup de questions dans ma tête qui remettent en cause mes choix. Notamment à son sujet. Mais je n’ai pas assez de recul pour y voir clair et surement pas le temps de m’y pencher tout de suite.

Le boulot m’attend.

 

Après plusieurs heures à travailler sur le plan du Jardin des deux Rives, je décide d’arrêter là. Les informations préparées par mon équipe m’ont été très utiles et m’ont permis d’arriver plus vite au but.

Je me lève et m’étire, les bras tendus au-dessus de ma tête. J’ai l’impression d’être restée assise toute la journée. Je sors de mon bureau et prends la direction des bureaux un peu plus loin. Stan, Émeline et Jean sont là, assis à travailler sur un dossier étalé devant eux. Ils relèvent tous la tête au moment où je les rejoins.

– Merci pour vos infos sur le Jardin des deux Rives. C’était très complet.

– De rien.

– On se fait un repas de fin d’année demain midi ? C’est le dernier jour où vous êtes encore tous là.

Ils acquiescent tous avec un grand sourire.

– Très bien. Choisissez où vous voulez aller. C’est moi qui régale.

– Non, Chloé, tu…

– Déjeuner de service, donc c’est moi. C’est non négociable.

Je repars dans mon bureau pour travailler encore un peu, avant de partir pour rejoindre les filles.

Rendez-vous au bar, comme avant.

 

Dès que j’arrive, je salue Zack et Dan avant de rejoindre les filles à notre table.

– T’es en retard ! me lance Éva avant même que je n’arrive jusqu’à elles.

– Je voulais me faire désirer.

Je dépose une bise sur sa joue avant de faire de même avec chacune, puis je m’installe au milieu de mes amies. Assise à côté de Lilou, je profite de la discussion pour lui demander si tout va bien.

– Oui, Chloé. Tout va bien. Ça fait du bien d’être rentrée à la maison.

– Je suis d’accord.

Mais le souvenir de ma soirée de retour avec Alexandre revient et me fait grimacer. Le retour était moins beau que prévu.

– Chloé ? Quelque chose ne va pas ?

Le silence a envahi le groupe, la discussion est en suspens et tous les regards sont sur moi.

– Non, non.

– T’es sure ? Ton Noël avec tes parents s’est pas bien passé ?

Alice me regarde avec sérieux, attendant ma réponse. Je ne peux pas leur mentir, mais je sais que je vais me faire engueuler pour n’avoir rien dit avant. Je cherche mes mots, réfléchissant à la meilleure tournure, mais Éva qui me connait par cœur finit par répondre à ma place.

– Ils sont pas venus, c’est ça ?

Je confirme d’un signe de tête, m’attendant à ce qu’elles me réprimandent. Ce ne serait pas la première fois. Mais au lieu de ça, Lilou prend ma main dans la sienne.

– Pourquoi t’as rien dit ? On aurait fait quelque chose ensemble.

– Parce que vous avez toutes des parents ou beaux-parents avec qui passer Noël. J’allais pas m’incruster.

– Bien sûr que si ! Tu aurais pu sans problèmes.

– Alice…

– Tu aurais pu. T’as passé Noël seule du coup ? Ou avec Alexandre ?

– Il était chez ses parents.

– Il t’a laissée seule ?

– Il savait pas et on est loin d’en être au stade de la présentation aux parents.

Elles échangent un regard en silence. Les voir tristes pour moi me donne envie de hurler, je déteste ça.

– C’est pas grave, les filles. J’ai mangé du saumon et du chocolat devant des comédies de Noël, c’était très bien, OK ? On peut parler d’autre chose ?

Alice et Lilou échangent un regard qui me dit déjà que l’année prochaine elles me forceront à aller chez une d’entre elles. C’est de bonne guerre, on l’a fait avec Lilou plusieurs années avant que Dan n’entre dans sa vie. Je ne pourrai pas dire non, et je crois que je n’en aurai pas envie.

Finalement, Lilou passe son bras autour de mon épaule et dépose une bise sur ma joue.

– Tu seras là samedi ?

– Bien sûr ! Comme si j’allais louper le réveillon !

– Et Alexandre, il vient avec toi ?

– Non. Il… non.

– Tout va bien avec lui ?

Excellente question à laquelle je ne sais pas répondre.

Je prends mon verre et leur offre un sourire avant de plonger dedans.

– Joker.

Version broché dédicacé uniquement sur ma boutique.

Disponible au format broché et ebook sur Amazon.

Disponible au format ebook sur toutes les plateformes et dans les abonnements (KDP, Kobo +, Nextory…)